Voyage famille expatriation enfants Porto façades maisons
Familles expatriées

Expatriation en famille à Porto

Zoé est partie s’installer en famille à Porto. Elle nous partage son retour d’expérience. Une expatriation en famille à Porto, comment ça se passe ?

Si vous envisagez de vous expatrier au Portugal, cet article est fait pour vous !

Peux-tu nous présenter ta famille ?

Ma famille est composée de mon mari, André, 33 ans, qui est portugais, de notre fils, Enzo, 2 ans et demi, qui est né dans le sud de l’Angleterre, et de moi-même, Zoé, 32 ans, française.

Quel a été l’élément déclencheur pour partir en expatriation?

J’ai rencontré mon mari alors que nous étions tous les deux en expatriation au Royaume-Uni.

Nous avons eu notre fils là-bas. C’était difficile d’avoir un enfant loin de nos familles, surtout les premiers mois, donc nous avons voulu nous rapprocher d’au moins une de nos familles.

J’avais déjà habité au Portugal, à Lisbonne, il y a 8 ans. J’avais adoré mon expérience portugaise, et je rêvais d’y retourner. Mon mari voulait bien essayer de vivre en France, mais il était aussi content de rentrer au Portugal, et nous avons finalement décidé de se rapprocher de sa famille.

Pourquoi avoir choisi Porto ?

Nous avons choisi Porto parce que nous voulions une vie citadine, que Lisbonne était trop chère pour notre budget, et Porto est la plus grande ville près de la famille de mon mari, qui est à Bragança, au nord-est du Portugal, à la frontière avec l’Espagne.

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées lors de votre arrivée ?

Nous avons décidé d’acheter un appartement à Porto avant de partir, parce que les loyers sont très chers au Portugal par rapport à l’achat, et que nous avons quitté nos CDIs pour se mettre à notre compte. On savait que ça serait plus difficile d’acheter en étant indépendants. Nous avons dû faire plusieurs allers/retours au Portugal pour trouver un appartement et signer la vente. Tout le processus a été plus lent et compliqué que ce que les banques nous avaient annoncé au départ.

Aussi, nous avons déménagé au Portugal en 2020, en pleine crise sanitaire, donc nous n’avons pas encore rencontré beaucoup de monde, et il est difficile d’obtenir des rendez-vous pour régler la partie administrative de l’installation.

Vous a-t-il fallu un temps d’adaptation à vous et vos enfants ?

Mon fils a dû s’adapter à la langue. Même si son père est portugais, il ne le parlait pas très bien. Nous avons choisi de le mettre dans une crèche portugaise, pour qu’il apprenne le portugais. On a eu un premier mois difficile avec beaucoup de pleurs sur le chemin de la garderie. Il a commencé à aimer la crèche, quand il pouvait dire quelques mots en portugais, et comprendre la langue.

Pour moi l’adaptation est facile, je connaissais déjà le Portugal, et mon mari est chez lui.

Raconte-nous votre vie à Porto ?

Dans la semaine mon fils va à la garderie de 9h30 à 19h30. On est dans le sud de l’Europe, tout se fait plus tard qu’en France.

Je travaille en freelance, depuis chez moi. S’il fait beau, je me balade et je prends un café à l’extérieur avant de rentrer me mettre au travail. Les portugais sont de très grands consommateurs de cafés, et ils passent beaucoup de temps dans les cafés seuls, ou avec des amis ou de la famille.

Le soir on mange vers 20h30 et mon fils va se coucher vers 22h. Ça paraît tard pour un enfant de 2 ans et demi, mais c’est la norme ici. Les portugais se couchent tard.

Le weekend, si on est à Porto, on s’arrange toujours pour passer du temps au bord de l’océan, qui est à 15 minutes en bus du centre ville, et on se fait un restaurant. Les restaurants sont vraiment pas chers comparé à la France, si vous vous éloignez des quartiers touristiques. Les portugais mangent beaucoup dehors.

Qu’est-ce que vous aimez le plus et le moins dans votre vie de famille expatriée à Porto ?

Ce qu’on aime le plus à Porto est la météo, la gentillesse des portugais, être près de l’océan, pouvoir facilement se déplacer partout dans la ville en transport en commun, les sorties pas chères, la gastronomie portugaise.

Ce qu’on aime moins est les logements mal isolés, le prix de l’électricité qui est bien plus cher qu’en France, la bureaucratie lourde et compliquée, le fait que les portugais soient toujours en retard (et pas qu’un peu!).

Et les voyages dans tout ça ?

Le Portugal est un petit pays, mais il y a une grande diversité de paysages et de cultures.

Il y a beaucoup de choses à voir et à faire. On peut se faire pas mal de petits weekends bien sympas. Il y a de très belles plages, de belles randonnées à faire dans les montagnes ou la campagne, il y a même une petite station de ski pour les amateurs de sports d’hiver. L’architecture des vieux centres villes est magnifique. Toutes les villes portugaises méritent d’être visitées.

On a aussi la chance d’être pas loin de l’Espagne, qui est aussi un pays magnifique. Il y a même des trains qui vont de Porto à Vigo, une ville au Nord de l’Espagne, aussi au bord de l’océan.

Un conseil pour ceux qui hésitent à partir en expatriation ?

Partez, c’est toujours une expérience enrichissante!

Essayez de préparer votre voyage en cherchant des témoignages de personnes vivant dans le pays où vous souhaitez vous installer.

Si le pays où vous allez parle une autre langue que la votre, je vous conseille de commencer à apprendre les bases avant de partir, et d’introduire la langue à vos enfants. Cela facilitera votre intégration.

Le bilan familial ?

Très positif. On passe plus de temps dehors au Portugal qu’au Royaume-uni, ce qui je trouve convient mieux à une vie de famille avec un petit.

La vie est douce au Portugal. Le beau temps nous donne l’impression d’être en vacances, même quand on travaille, et nous sommes moins stressé que dans notre vie anglaise.

Merci à Zoé et n’hésitez pas à suivre son quotidien sur Instagram : @deliverpoolaporto

Si vous souhaitez découvrir d’autres récits de familles expatriées, cliquez ici !

Retrouvez-nous sur notre compte Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *